Le blog francophone consacré
aux technologies Esri

Nouveautés 9.2 - N° 1 - Les représentations cartographiques

Préambule:

Comme vous le savez probablement, la version 9.2 apporte de nombreuses évolutions fonctionnelles un peu partout dans les différentes applications ArcGIS. Oui, mais encore ? Pas toujours évident d'avoir une vision d'ensemble de toutes ces améliorations et des incidences qu’elles peuvent avoir sur notre travail quotidien où sur nos projets futurs.

C'est pour cela que nous avons conçu pour arcOrama, une série de plus de 50 articles techniques sur les nouveautés de la version 9.2, certains très pointus. d'autres plus généraux. Les représentations cartographiques sont certainement la nouveauté la plus parlante pour bon nombre d'utilisateurs ArcGIS, il a été assez facile d'en faire le sujet du premier article de cette série.

ArcGIS 9.2 introduit la notion de "Représentations" pour cartographier les entités de sa carte avec une meilleure qualité. Avec les représentations, vous pouvez stocker la symbologie de vos entités dans la Géodatabase et modifier l'apparence de ces symboles dans vos cartes sans modifier la géométrie des entités sous-jacentes. Par exemple, vous pouvez généraliser, densifier, lisser ou encore décaler le symbole d'une entité linéaire sans modifier la géométrie de l'entité elle-même.

Plusieurs représentations peuvent être stockées dans la Géodatabase pour une même classe d'entités, ce qui permet d'afficher les mêmes données avec des représentations différentes dans différentes cartes ou encore de représenter les entités avec des symboles différents selon l'échelle de la carte.
Les représentations permettent de contrôler l'apparence des entités jusqu'aux moindres finitions sans avoir à exporter la carte vers des outils de PAO. Pour cela, l'utilisateur convertit tout d'abord sa symbologie standard en une représentation. Il définit ensuite des règles d'affichage pour chaque symbole.

Par défaut, ces règles s'appliquent à toutes les entités associées à ce symbole. L'utilisateur peut ensuite ponctuellement modifier la règle (changer des paramètres, ajouter des effets, …) sur certaines entités, on parle alors de débrayage manuel.

Enfin, l'utilisateur peut décider, pour certaines entités, de modifier tout ou partie d'un symbole de manière totalement interactive (emplacement d'un pointillé, couleur, épaisseur, …) , on parle alors de représentation libre. Dès lors que des exceptions à la règle sont spécifiées, elles sont stockées dans le champ "Override" de la classe d'entités.

Dans l'exemple ci-dessous, on a symbolisé des entités linéaires à l'aide d'une représentation pour mieux maîtriser l'affichage des pointillées (jointure aux extrémités, espacement, couleur, …).

Concrètement, l'utilisateur dispose de nouvelles options dans l'onglet "Symbologie" d'ArcMap lui permettant de paramétrer les différentes règles de représentations. Il accède alors à de nombreux outils pour définir précisément les paramètres graphiques de chaque symbole et notamment un éditeur de symbole interactif très évolué.


Dans la définition des règles, l'utilisateur peut s'appuyer sur des attributs de la classe d'entités. La base de données dirige alors directement le rendu cartographique des objets ce qui donne énormément de flexibilité, de réactivité et d'évolutivité à la cartographie vis à vis des données du SIG.

Pour accompagner ces outils de finitions cartographiques, des outils de géotraitement ont également été ajoutés. Ces outils se trouvent dans la boite à outils "Cartography Tools" et permettent aux utilisateurs d'automatiser des chaînes de traitement cartographique.


D'un point de vue produits et niveau de licence dans la gamme ArcGIS, les représentations cartographiques peuvent être conçues, mises à jour dans ArcEditor et ArcInfo, les outils de géotraitement cartographiques présentés ci-dessus étant réservés à ArcInfo. ArcView, ArcGIS Engine et ArcReader peuvent visualiser les cartographies basées sur des représentations. ArcGIS Server et ArcIMS 9.2 (ArcMap Server) peuvent publier des services cartographiques exploitant des représentations. Les représentations peuvent être stockées dans les géodatabases personnelles (.mdb), fichiers (.gdb) ou d'entreprise (ArcSDE).

Voilà, en quelques mots, une présentation brève la notion de représentations. Pour aller un peu plus loin sur les aspects méthodologiques et fonctionnels, je vous proposerai un article plus complet dans quelques semaines.

Partager cet article:

Rejoindre la discussion

    Les commentaires à propos de cet article:

2 commentaires :

Leonweb73 a dit…

Bonjour, et merci pour cet article qui nous permet "enfin" de comprendre un peu mieux ce qui se cache derrière la définition de "représentation cartographique" sous Arcgis. Un regret quand même c'est que les utilisateurs d'Arcgis sont une fois de plus réduits à de simples "observateurs" de ces améliorations et qu'il faille encore passer à ArcEditor ou ArcInfo pour y avoir accès.

Ceci étant, bravo pour arcOrama et continuez comme ça.

@+

Anonyme a dit…

Bonjour, et merci pour cet article que je le trouve très intéressant.
vous avez signalé dans votre article:
'Plusieurs représentations peuvent être stockées dans la Géodatabase pour une même classe d'entités, ce qui permet d'afficher les mêmes données avec des représentations différentes dans différentes cartes ou encore de représenter les entités avec des symboles différents "selon l'échelle de la carte".'
Comment peut on changer les symboles d'une même classe d'entités selon des échelles différentes de la carte.
merci d'avance