Le blog francophone consacré
aux technologies Esri

5 bonnes résolutions pour 2017 !

En ce début 2017, c'est le moment de prendre de bonnes résolutions pour cette nouvelle année qui démarre. Suite à différentes discussions avec des utilisateurs d'ArcGIS Desktop ces dernières semaines à propos de leur usage de la plateforme ArcGIS et de leurs futurs projets, j'en ai déduit une série de 5 bonnes résolutions pour 2017 sur lesquelles, j'en suis convaincu, nombre d'entre-vous pourront se retrouver.




1. Sortir de ma zone de confort et tirer profit d'ArcGIS Pro

Je dispose d'ArcGIS Desktop et donc de l'application ArcGIS Pro. Même si je maîtrise mieux ArcMap pour le moment, la grande majorité des fonctionnalités que j'utilise dans ArcMap sont aujourd'hui dans ArcGIS Pro et sont souvent implémentées de manière plus efficace. Plus important encore, ArcGIS Pro m'en propose beaucoup plus. C'est donc décidé, j'utilise désormais pour tous mes nouveaux projets sachant qu'il n'y a aucun problème de compatibilité sur les données et que je peux à tout moment les manipuler avec n'importe quelle application d'ArcGIS Desktop, que ce soit ArcMap ou Pro. 


Ce faisant, je vais rapidement découvrir une interface plus ergonomique et plus moderne, une organisation de mon travail en projets, des affichages cartographiques plus performants, des workflows souvent beaucoup plus rapides (en particulier sur la saisie et mise jour de données), des mises en pages multiples, la 2D et la 3D dans un même application, les capacités d'animation, ... Enfin ArcGIS Pro est également plus étroitement intégré au portail ArcGIS de mon organisation ce qui me facilite grandement la tâche pour la publication de contenus (données, tuiles raster, tuiles vectorielles, cartes, scènes, géotraitements) pour partager avec mes collaborateurs.

Avec l'arrivée d'une version 1.4 dans quelques semaines puis 1.5 au printemps, il n'y a que des bénéfices à utiliser Pro sachant que l'application évolue désormais beaucoup plus vite et en priorité par rapport à l'application ArcMap.


2. Augmenter mes capacités de collecte de données sur le terrain

Avec la plateforme ArcGIS, je dispose d'une série d'applications qui rendent la collecte d'information sur le terrain plus simple que jamais. Que ce soit avec Collector for ArcGIS pour collecter ou mettre à jour des données spatiale ou avec Survey123 for ArcGIS pour collecter des données à travers des formulaires, je dispose d'une solution prête à l'emploi qui ne nécessite aucun développement et aucune licence supplémentaire par rapport à ce dont je dispose déjà avec mes licences ArcGIS Desktop (et/ou mes licences Server). 


Le premier avantage de ces applications configurables est de pouvoir collecter des données en étant connecté ou pas à Internet.  Le second point clé est de me simplifier la tache, car ces nouvelles apps synchronisent directement les données collectées dans des services d'entités que je peux immédiatement exploiter dans le reste de mon SIG. Je n'oublie pas non plus le modèle de Story Map CrowdSource qui me permettra de mettre en place des projets de collecte à très grande échelle en impliquant le grand public. 

En terme de collecte de données sur le terrain, l'imagerie haute-résolution m'intéresse aussi, peut être devrais-je aussi tester en évaluation Drone2Map for ArcGIS. En tout cas, il est tant que j'arrête de bricoler avec ArcPad ! 


3. Communiquer plus efficacement

Faire sortir les contenus du SIG au delà de la sphère des experts, j'y travaille déjà depuis des années en diffusant des applications web métier au sein de mon organisation grâce à des générateurs d'applications comme arcOpole Studio ou Web AppBuilder for ArcGIS. Cependant, pour des publics plus larges, ce type d'application très cartocentrique est généralement moins adapté qu'une application plus narrative. Une narration cartographique permet d'exposer les résultats de mes analyses, de montrer les actions de mon organisation, de présenter un projet, de synthétiser un bilan ou tout simplement raconter une histoire liée à mon territoire. Pour cela, je dispose d'une solution simple, gratuite et puissante à travers les modèles de narration cartographique (Story Maps) de mon portail ArcGIS.


En diffusant des Story Maps, je peux facilement construire, sans aucun développement, des récits ayant (ou pas) une composante géographique. En collaboration avec mon service communication qui m'apporte les éléments multimédias, je peux mettre en valeur les contenus et les savoir-faire en termes d'information géographique.


4. Utiliser mon portail ArcGIS Online et ne plus gâcher mes crédits

Mon organisation dispose de licences ArcGIS Desktop ce qui nous permet de disposer d'un portail d'organisation ArcGIS Online doté d'un certains nombre de comptes et de crédits (100 par an et par licence ArcGIS Desktop) pour partager des contenus et exploiter les capacités en ligne de la plateforme géospatiale sur le Cloud d'Esri. J'ai publié quelques services pour tester la notion de carte web et je consomme les fonds de carte Esri mais au final je ne l'utilise pas tous les comptes dont je dispose et encore moins les crédits fournis dans le cadre de mes licences ArcGIS Desktop et je les perds au bout d'un an. En 2017, je commence à publier des services d'entités et des services tuilés pour construire des applications, des cartes et des scènes hébergés sur le Cloud pour les partager publiquement ou de manière plus restreinte avec mes collègues qui disposent d'un compte d'organisation sur le portail ArcGIS. 


Je simplifie ainsi mes workflows de partage de contenus (non seulement via des services web mais aussi simplement des fichiers *.lyr, *.mxd, *.style, des paquetages de couches ou de cartes, des projets ArcGIS Pro,...) tout en ouvrant mon SIG à un public plus large sans dépenser un euro de plus. 

Avec ArcGIS Online, peu importe le nombre de hits sur les contenus que je partage,  je ne consomme des crédits que pour le stockage des contenus ou l'utilisation de fonctions avancées comme l'analyse spatiale. Le stockage est très peu coûteux sur ArcGIS Online, par exemple, avec 100 crédits je peux héberger 7 Go d'un cache de tuiles raster ou de tuiles vectorielles pendant un an, ce qui est considérable. De plus, l'arrivée des deux niveaux d'utilisateurs sur les portails ArcGIS me permet d'élargir le nombre d'utilisateurs de mon portail à moindres coûts.


5. Participer à l'évolution de mes outils et collaborer avec d'autres utilisateurs

Esri construit une plateforme SIG pour me permettre de répondre à mes besoins de gestion, d'analyse et de diffusion d'information géographique. Mon métier évolue, mes besoins également, il faut que mes outils suivent également cette évolution. Le meilleure moyen de faire remonter mes idées d'évolutions à Esri, c'est d'utiliser l'espace web dédié à cela: http://ideas.arcgis.com. Pour cela, j'utiliserai mon "global account Esri" qui me permet aussi d'accéder aux espaces collaboratifs de GeoNet.


Soumettre une idée sur ce site n'est pas une lettre morte, Esri l'utilise largement pour définir la Road Map de ses solutions. Un récent article sur GeoNet reprend les 15 idées intégrées dans la dernière mise à jour d'ArcGIS Online. Disons que répondre à 5 questions sur les forums et soumettre 5 idées (en anglais) serait un bon objectif pour 2017. En choisissant bien les idées que je soumets, elles recueilleront de nombreux votes et elles seront peut être intégrées dans une prochaine version d'ArcGIS !

Partager cet article:

Rejoindre la discussion

    Les commentaires à propos de cet article:

5 commentaires :

Anonyme a dit…

Une raison pour rester sur ArcMAP : ArcGIS Pro n'est toujours pas fluide, c'est mieux que la première version, mais reste "lent" à l'usage. Même en réglant au minimum tous les réglages de qualité de rendu, ArcMAP est plus réactif.

Gaëtan Lavenu a dit…

Bonjour,

Il n'y a pas de raison à cela,du moment que votre configuration matérielle respecte des prérequis. Pour info, vous les trouverez ici:
https://pro.arcgis.com/fr/pro-app/get-started/arcgis-pro-system-requirements.htm

Cedric Ostailler a dit…

Résolution 1... pourquoi pas...
Mais cela fait 3 ans que je crée des scripts autonomes avec Arcpy, sur mes mxd; gestion des titres, emplacement des logos, activation des couches et export thématique en PDF...etc

Tous cela m'a pris beaucoup temps, même si c'est en gagné plus du double. Par forcement envie de repasser autant de temps sur Arcgis Pro, alors que mes scripts sont tous juste optimisés.

y a t'il la même bibliothèque Arcpy.mapping sur Arcgis Pro?

Un conseil pour ne pas perdre trop de temps à refaire mes scripts?

Merci

Gaëtan Lavenu a dit…

Bonjour,

Effectivement cela peut être un frein pour certains scripts. Le module ArcPy.mapping existe bien dans ArcGIS Pro avec globalement les mêmes classes d'objets. Les librairies ArcPy sont très proches entre ArcMap et ArcGIS et souvent la migration consiste à modifier quelques lignes (notamment les premières lignes concernant la récupération d'un projet ArcGIS Pro versus la récupération d'un document MXD ArcMap). Esri a essayé de minimiser les efforts de portage en utilisant les mêmes noms de classes, de propriétés et de méthodes. Pour les mises en page, il faudra prendre en compte le fait qu'un projet ArcGIS Pro peut contenir plusieurs mises en page et que les fonctions de liste ont évoluées.

Cette page de l'aide en ligne explique les points critiques pour la migration:
https://pro.arcgis.com/fr/pro-app/arcpy/mapping/migratingfrom10xarcpymapping.htm

Direction Etudes Stratégiques a dit…

bonjour,

Est-ce que le module Business Analyst est prévu sur Arcgis Pro et à quelle échéance?

Louis