Le blog francophone consacré
aux technologies Esri

Esri UC 2017, les messages de la plénière


Plus de 16 000 personnes (hors Esri et ses distributeurs) étaient rassemblées ce matin dans le Convention Center de San Diego pour la session plénière qui marquait la première journée de la 38ème Conférence mondiale des Utilisateurs Esri. Comme toujours, Jack Dangermond (Président et Fondateur d'Esri) a introduit cette session plénière avec les messages clés d'Esri aux utilisateurs de la plateforme ArcGIS avant de laisser la place à des présentations à caractère plus technique. 


Les images fortes de la plénière en 1 min. 30

  
The Science Of Where

Après avoir passé en revue une centaine de réalisations remarquables des utilisateurs Esri à travers le monde, un des grands thèmes développé par Jack Dangermond a concerné ce qui fait la spécificité, le savoir-faire et l'identité d'une entreprise comme Esri. Il ne s'agissait pas là de se regarder le nombril mais d'essayer, à travers cette réflexion entamée depuis plusieurs mois, de définir ce qui est finalement l'objet commun à toutes les personnes qui viennent chaque année de si loin pour assister à la UC. Ce que Jack Dangermond résume par "The Science Of Where".


"The Science Of Where" est une nouvelle manière de penser notre monde et de répondre aux questions qu'il nous pose. Les utilisateurs Esri ont désormais la charge, non seulement de gérer des bases de données géographiques mais aussi et surtout d'utiliser la cartographie et les capacités d'analyses offertes par les SIG pour accélérer la transformation digitale de leurs organisations, de leurs territoires et de leurs communautés. En maitrisant l'analyse des Big-Data, la diffusion de l'information en temps-réel et la collaboration avec leurs communautés, les géomaticiens d'aujourd'hui facilitent la compréhension de phénomènes, de tendances et d'enjeux parfois très complexes et souvent ignorés. 
  
  


Mettre en oeuvre "The Science Of Where" c'est pouvoir déployer un framework et des processus permettant d'aller de la gestion et intégration des données jusqu'à la prise de décision en passant par des phases d'analyse, d'évaluation, de prédiction ou de simulation. 


C'est aussi ce que résume le fondateur d'Esri en expliquant que mettre en application "The Science Of Where" c'est tout simplement exploiter conjointement la science de la géographie et en même temps les technologies des SIG. 

Tout cela peut paraître assez philosophique mais cette notion a été largement illustrée par des démonstrations notamment celle du comté de Oakland (Michigan), de Smart Dubai ou encore du conservatoire de Chesapeake qui ont présentés des implémentations exemplaire de cette vision.
   
Plus concrètement, concernant l'implémentation de cette vision "The Science Of Where", Jack Dangermond a pris le temps d'expliquer que cela passe par une nouvelle architecture des SIG qu'Esri appelle, depuis plusieurs années déjà, le SIG Web. Le Web GIS (en anglais) ne consiste pas à exposer une partie de son SIG sur le web (ça c'est le SIG des années 2000) mais bien d'utiliser les technologies et les architectures découlant du web (navigateurs, mobilité, web apps, développements cross-platform, webGL, virtualisation des serveurs, architecture distribuées, cloud, scalabilité, ...) pour construire son SIG.

Envisager son Système d'Information Géographique comme une plateforme basée sur une architecture Web, cela permet d'interconnecter de manière transparente et simple les 3 systèmes présents dans toute les organisations:
  • Le système de gestion (System of Record) qui permet la collecte et la maintenance des données métiers de l'organisation,
  • Le système d'analyse (System of Insight) qui permet d'interroger, de combiner, d'analyser ou de simuler pour mieux comprendre et mieux agir,
  • Le système de collaboration (System of Engagement) qui permet d'ouvrir son SIG à des services, des départements, des communautés ou tout citoyen pouvant interagir, enrichir et partager autour des contenus, des cartes et des applications que vous leur mettez à disposition.


Un SIG Web permet de collaborer autour de différentes de données de manière transparente et distribuée. Et ça c'est tout simplement la logique et la raison d'être de la plateforme ArcGIS qu'Esri met au point depuis maintenant quelques années avec les 3 notions clés que sont: les cartes web, les scènes web et les couches web.


La transition était alors toute faite pout évoquer ensuite les évolutions récentes et futures de la plateforme ArcGIS. Parmi les nombreux sujets, j'ai retenu les sujets ci-dessous.


ArcGIS Hub

Ce fut la première démo et probablement le premier moment important de cette session plénière, l'annonce d'ArcGIS Hub. Il s'agit d'une nouvelle solution Esri qui permet d'engager, sur des initiatives importantes, une collaboration efficace entre des communautés de citoyens et une collectivité territoriale. Concrètement ArcGIS Hub permet d'organiser, de communiquer et d'animer au sein d'un portail collaboratif des initiatives actives pour collecter des données (crowdsourcing), présenter des analyses spatiales et statistics sur des données publiques, gérer des contenus éditoriaux ou encore créer des Story Maps pour présenter des projets, le tout avec des communautés externes à l'organisation. Pour ce faire, ArcGIS Hub permet à chaque citoyen d'obtenir une identité (un utilisateur nommé) pour participer à vos initiatives.

 
ArcGIS Hub reprend les capacités de gestion de pages et de présentation de contenus d'ArcGIS Open Data (qui est un composant d'ArcGIS Hub mais qui reste gratuit et inclut avec votre souscription ArcGIS Online). Mais ArcGIS Hub va beaucoup plus loin en proposant des modèles de pages et d'applications permettant de créer ces initiatives et suivre les contenus qu'elles génèrent, l'avancement de l'initiative, les performances du projet proposé, ... à l'aide de données (géographiques ou non) sous-jacentes à cette initiative. Ces modèles d'initiatives pourront être personnalisés et étendus.
 

Pour l'instant accessible via un programme Early Adopter, ArcGIS Hub devrait être disponible en version finale au mois d'octobre prochain. J'aurai bien entendu l'occasion de revenir en détails sur cette nouvelle solution dans les semaines et mois à venir, notamment lors de la conférence Esri francophone SIG 2017 à l'automne.

   
ArcGIS 10.5.1

L'actualité produit de cette conférence c'est la sortie d'ArcGIS 10.5.1, disponible depuis quelques jours (en anglais). Une partie importante des démonstrations techniques a illustré les évolutions de cette version majeure d'ArcGIS. Une des démos notables est celle consacrée à ArcGIS Entreprise Builder, la nouvelle application permettent de réaliser l'installation d'un déploiement de base (GIS Server, Portal, Data Store et Web Adaptors) sur une configuration mono-machine en 4 clics (durée 20 minutes environ).


Esri a également évoqué les nombreuses évolutions apportées à la partie Portail d'ArcGIS Entreprise, en particulier les nouvelles capacités de synchronisation de contenus entre un portail ArcGIS Enterprise et un portail ArcGIS Online. Je reviendrai sur ce sujet dans les semaines à venir.


ArcGIS Pro 2.0

ArcGIS Pro avance vite et les innovations s'accélèrent pour l'application SIG bureautique ArcGIS. Le message a été très clair, avec les évolutions de la version 2.0, il n'y a plus de raison de ne pas y passer. Les applications classiques (ArcMap, ArcScene, ArcGlobe,...) sont bien entendu maintenues pendant longtemps encore (décembre 2022 pour la version 10.5.1) mais très peu d'évolutions sont à attendre.


Une démo très efficace a permis de montrer les 10 évolutions les plus notables de cette mise à jour avec notamment la gestion complète des classes d'annotations, les améliorations dans les diagrammes, le support natif de WFS, la notion de favoris "cross-projets", le nouveau contrôle de navigation, la possibilité de démarrer de multiple instance de l'application, l'ajout de diagrammes dynamiques dans les mises en pages, ...
 

Concernant le futur proche, les plans sont ambitieux pour ArcGIS Pro avec l'arrivée en fin d'année des Utility Networks (nouveau modèle de données pour la gestion de données de réseau Télécom, Eau, Gaz, électricité, ...), de nouvelles options d'affichage en stéréo, la prise en charge des prises de vues obliques, la génération de rapports, les règles attributaires, l'arrivée de l'extension Image Analysis et le support de Full Motion Video, le support de SAP Hana, ...
 

API Python ArcGIS

L'API Python ArcGIS était présentée en avant-première lors de cette même conférence il y a un an. Pour mémoire, il s'agit de l'API qui permet d'automatiser une large partie du SIG Web (administration des utilisateurs et des groupes du portail Enterprise ou Online, création/modification/suppression des éléments de contenus, métadonnées de ces éléments, interaction avec les couches web, les cartes web, les outils d'analyse en ligne, ...). Sortie en version 1.0 fin 2016, son évolution a été très rapide avec une version 1.1 au printemps et maintenant une nouvelle version 1.2 montrée durant la plénière (elle est disponible dès maintenant, j'y reviendrai dans les semaines à venir). Parmi les évolutions importantes, on notera l'arrivée de nouvelles fonctions d'algèbre d'image permettant d'exploiter directement les capacités des "raster functions" des services d'imagerie publiés par Image Server. 


Pour la première fois, vous allez pouvoir écrire des scripts réalisant (via le web) des traitements rasters avancés sans mettre en place de services de géotraitement.

Les administrateurs apprécieront également les nouvelles capacités de l'API Python pour automatiser les nouveaux workflows de collaboration entre différents portails d'ArcGIS 10.5.1.

Lors de la session plénière une magnifique démo du geek Mansour Raad a montré l'intérêt d'utiliser cette API Python ArcGIS combinée à d'autres composants comme la solution de Deep Learning IBM Watson pour analyser des milliers de photos, repérer automatiquement dans ces photos des équipements endommagés, puis ajouter leur localisation dans un service d'entités ArcGIS. 



ArcGIS Monitor

A l'occasion de cette plénière, Esri a également annoncé l'arrivée d'une nouvelle extension pour ArcGIS Enterprise nommée "ArcGIS Monitor". Il s'agit d'une solution inspirée des outils "ArcGIS System Monitor" dont l'objectif est de pouvoir suivre dans le moindre détail les status et les performances des différents composants de l'architecture de votre serveur SIG Web.  



Contenus ArcGIS Online


Plusieurs démonstrations de la plénière ont mis en valeur la richesse des contenus ArcGIS Online (fonds de carte, imagerie, MNT, limites administratives, données environnementales, données socio-démographiques, ....) proposées à tous les utilisateurs disposant d'un compte d'organisation. C'est ce qu'Esri appelle en anglais le "Living Atlas". Celui-ci continue de s'enrichir en permanence avec la mise à jour d'un certain nombre de couche comme le fond d'imagerie récemment enrichi de nouvelles images DigitaleGlobe sur de nombreuses zones comme l'Europe. Esri a également annoncé la mise à disposition des 4 millions d'utilisateurs d'ArcGIS Online du MNT mondial WorldDEM4Ortho d'Airbus Defence and Space. Ce MNT d'une précision planimétrique de 24 m. et altimétrique de 4m. sera prochainement intégré dans la couche d'élévation mondiale existante ce qui permettra une utilisation automatique de la meilleure résolution disponible quelle que soit la zone où vous travaillez.

  
    
Explorer for ArcGIS
  
Autre annonce technologique intéressante faite et démontrée durant la plénière, c'est la sortie cette semaine de la nouvelle génération d'Explorer for ArcGIS. Totalement redéveloppée, c'est la première des apps mobile ArcGIS à être basée sur le nouveau SDK Runtime ArcGIS 100.x. Cette nouvelle version apporte de nombreuses améliorations comme le support des récentes évolutions en terme de Smart Mapping, la possibilité de télécharger les cartes pour pouvoir les utiliser en mode déconnecté, la capacité à créer et partager des annotations sur sa carte ou encore l'accès aux enregistrements des tables reliées depuis la fenêtre contextuelle...


Toujours accessible gratuitement, Explorer for ArcGIS 17.1 est disponible sur iOS en version finale et sur Android en version beta. Je reviendrai sur cette nouvelle mouture d'Explorer for ArcGIS dans les semaines à venir et je détaillerai les liens futurs envisagés avec ArcGIS Pro.

3D, BIM, Insights for ArcGIS, ...

Bien d'autres sujets techniques et solutions Esri ont été démontrés durant cette session plénière de la UC. La 3D a été largement à l'honneur avec plusieurs démonstrations assez impressionnantes sur les nouvelles capacités de Smart Mapping 3D proposées dans la visionneuse de scènes d'ArcGIS Online ainsi qu'un bel exemple d'applications 3D développées avec l'API JavaScript 4.x dans le cadre du projet Smart Dubai (à voir absolument en vidéo).
  
  
Le sujet du BIM a également été évoqué par Jack Dangermond durant la plénière en indiquant que des travaux de R&D était en cours chez Esri pour une intégration plus étroite de certains formats BIM natifs dans ArcGIS Pro, et leur publication en tant que service web sur le portail ArcGIS de manière simple et performante.

Insights for ArcGIS n'existait pas il y a un an, et pourtant c'est déjà la sortie de la version 2.0 qu'Esri a annoncée cette semaine. Prévue pour fonctionner avec ArcGIS Enterprise 10.5.1, cette mise à jour amène plusieurs améliorations importantes comme le support des bases de données Oracle, le support des sources de données CSV (sur le même principe que les fichiers Excel), le support des services d'entités issus du SpatioTemporal Big DataStore ou encore de nouveaux types de fiches pour représenter vos données. J'y reviendrai très rapidement dans les jours à venir. Esri confirme qu'une version d'Insights for ArcGIS sur ArcGIS Online devrait être disponible en fin d'année (au moment de la sortie de la version 10.6 d'ArcGIS) mais avec des fonctionnalités qui restent encore à définir.

Partager cet article:

Rejoindre la discussion

    Les commentaires à propos de cet article:

2 commentaires :

Caroline a dit…

Petite correction non? Esri confirme qu'une version d'Insights for ArcGIS Online devrait être disponible prochainement. C'est vraiment une longue journée, si bien résumée dans ton post! Merci

Gaëtan Lavenu a dit…

Bonjour,

Effectivement, c'est bien "Insights for ArcGIS pour ArcGIS Online" qui fallait lire. Merci pour votre retour, c'est corrigé (ainsi d'ailleurs que les autres petites coquilles qui figuraient dans cet article).