Le blog francophone consacré
aux technologies Esri

UC 2011, Evolutions des solutions de mobilité en 10.1

Partie intégrante du système, les solutions de mobilité ArcGIS ont été largement évoquées durant la semaine. Esri a confirmé sa stratégie de donner accès au SIG à un public d'utilisateurs toujours plus large pouvant aller du professionnel au simple citoyen. Ceci passe inévitablement par l'usage du web et l'implémentation des principales plateformes de mobilité. Je refais ici un point sur les différentes solutions de mobilité ArcGIS et leurs évolutions dans les prochains mois.

ArcPad

ArcPad est la solution historique de mobilité d'Esri et va continuer d'évoluer en confortant son positionnement de mini-SIG nomade permettant de réaliser les principales opérations d'un SIG (paramétrage de l'affichage, définition de symbologie, exécution de requête, saisie et mise à jour de données, création de nouvelles cartes, création de nouvelles couches, …). ArcPad peut fonctionner de manière totalement autonome ou en relation avec ArcGIS for Desktop ou ArcGIS for Server. ArcPad peut travailler en mode connecté, semi-connecté ou non connecté.



ArcGIS for Windows Mobile

ArcGIS Mobile changera de nom en version 10.1 et se dénommera désormais ArcGIS for Windows Mobile. Comme ce nouveau nom le rappelle désormais, l'application et le SDK ArcGIS for Windows Mobile sont basés sur les plateformes Windows et Windows Mobile et se positionnent comme la solution de collecte de données SIG à l'usage des professionnels. Fonctionnant sur des périphériques généralement endurcis, ArcGIS for Windows Mobile expose des fonctionnalités de collecte très guidées, avec des GPS de grande précision et ne nécessitant pas de connaissance en SIG. Je rappellerai également que tout utilisateur d'ArcView, ArcEditor ou ArcInfo dispose d'une licence ARcGIs for Windows Mobile. La dernière mise à jour d'ArcGIS for Windows Mobile (build 2500) intègre de nombreuses évolutions en termes de supports de trames GPS (support de GNSS et GLONASS) et d'exploitation des informations de correction (RTK et VRS).


ArcGIS for Windows Mobile va continuer à évoluer en version 10.1, avec des évolutions importantes d'ergonomie dans l'application standard et des évolutions fonctionnelles comme la capacité de modifier les attributs et les géométries des entités existantes. ArcGIS for Windows Mobile demeure également une solution idéale pour travailler en mode connecté, semi-connecté ou non connecté.

ArcGIS for Smartphone

Cette appellation regroupe les applications et SDK pour les appareils fonctionnant sur iOS (iPhone et iPad), sur Windows Phone et Android. Cette fois-ci c'est confirmé, d'ici début septembre la première version d'ArcGIS for Android (application et SDK) sera disponible. Esri a démontré à plusieurs reprises les capacités d'ArcGIS for Android durant la conférence, ce dernier sortira directement avec les fonctionnalités dont disposent aujourd'hui celle pour iOS ou celle pour Windows Phone. 


En avant-première, quelques écrans de l'application
ArcGIS for Android

Dans le même temps les applications et les SDK ArcGIS for iOS et ArcGIS for Windows Phone continuent d'évoluer pour implémenter notamment les innovations récentes apportées autour des Web Map. Lors de la sortie d'ArcGIS for iOS 2.0, j'ai eu l'occasion de détailler ces nouveautés.


ArcGIS for iOS, ArcGIS for Windows Phone et ArcGIS for Android
affichant la même Web Map lors d'une démo de la UC 2011

En novembre prochain, une nouvelle version de ces 3 applications et leurs SDK respectifs sera disponibles et offrira le support de WMS (Windows Phone le supporte déjà) ainsi que le KML. Au premier trimestre 2012, lors de la sortie d'ArcGIS 10.1, les 3 applications et leurs SDK respectifs passeront en version 3.0 et supporteront les nouvelles fonctionnalités d'ArcGIS for Server 10.1 et surtout la capacité de fonctionner en mode déconnecté ou semi-connecté.

API ArcGIS for JavaScript

Je mets ici dans les solutions de mobilité l'API ArcGIS for JavaScript car depuis plusieurs versions, cette API propose des fonctionnalités spécifiques aux appareils mobiles (tablettes et smartphones) qui permettent véritablement d'offrir des applications web mobiles adaptées à ces environnements. Le gros avantage étant de permettre une approche cross-platform (un seul développement pour plusieurs plateformes mobiles).

Partager cet article:

Rejoindre la discussion

    Les commentaires à propos de cet article:

5 commentaires :

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je n'arrive pas bien à saisir la différence entre ArcGIS for Windows Mobile et Arcpad. Ce dernier, d'ailleurs, ne devient-il pas obsolete, notamment à cause de son interface vieillissante et peu adaptée aux appareils modernes (écrans tactiles...) ? Les fonctions que vous évoquez n'ont, à mon sens, que peu d'intérêt à pouvoir être exécutées sur le terrain. Ou alors, il vaut mieux embarquer un ArcGIS sur un équipement type tablette... Quelle est la stratégie d'ESRI pour l'avenir ? L'un ne va-t-il pas disparaître au profit de l'autre ?

Arnaud

Gaëtan Lavenu a dit…

Avec ArcPad on peut réaliser des requêtes et manipuler des sélections sans qu'elles aient été préparées par un administrateur. On peut également construire sa propre carte à la volée et même créer des nouvelles couches sans qu'elles aient été préparées par l'administrateur. ArcPad propose un environnement de personnalisation permettant de modifier l'interface de l'application et des formulaires de saisie sans être développeur. ArcPad est capable de réaliser de nombreuses opérations sur les géométries y compris de réaliser des changements de projection à la demande de l'utilisateur, ... ArcPad permet de modifier la symbologie des couches à la demande sans aucune intervention de l'administrateur. en résumé, ArcPad est un mini SIG sur le terrain avec lequel les utilisateurs avertis peuvent réaliser de nombreuses tâches de manière complètement autonome.

Avec, ArcGIS Mobile l'approche est totalement différente puisqu'il s'agit de mettre un outil de collecte de données dans les mains d'opérateurs n'ayant aucune connaissance des SIG. Ils ouvrent simplement un projet préparé à l'avance dans l'application ArcGIs Mobile ou éventuellement une application développée avec le SDK ArcGIS Mobile. Ils suivent ensuite un workflow prévu à l'avance par l'administrateur du SIG et n'ont que peu de liberté concernant le contenu, les symboles ou le traitement des données dans l'application.

Les deux approches ont leur raison d'être dans le système ArcGIS. Les technologies de mobilité ne se remplacent pas, elles se complètent. C'est ce qui va arriver avec les applications ArcGIS for Smartphones qui constituent une troisième approche du SIG en situation de mobilité.

Anonyme a dit…

Ok, je vois mieux la logique, merci. Il va vraiment falloir que je teste cet ArcGIS Mobile, cela semble correspondre beaucoup mieux à mes besoins..

Arnaud

Anonyme a dit…

Bonjour,

Il me semble que l'API ArcGIS for Flex pourrait elle aussi être cité ici comme une solution pour réaliser des applications mobiles. Avec Flash Buider 4.5, il est possible de générer à partir du même code des applications pour Androïd, Iphone/Ipad ou Blackberry :
http://www.adobe.com/devnet/flash-builder/articles/mobile-mapping-app-arcgis.html

Luc

Gaëtan Lavenu a dit…

Bonjour,

Effectivement, avec Flash Builder 4.5 et l'API ArcGIS for Flex peuvent désormais constituer une alternative pour répondre aux besoins d'interopérabilité entre les plateformes iOS, Androïd ou encore Blackberry tout en conservant l'avantage d'applications natives. Une session technique présentée par Adobe lors de la UC2011 a d'ailleurs montré concrètement les possibilités dans ce domaine avec l'API ArcGIS. Je pense refaire à la rentrée un point sur toutes ces solutions notamment en intégrant ArcGIS Runtime.