Le blog francophone consacré
aux technologies Esri

La topologie dans ArcGIS - 6/6

Pour ce dernier article de la série, je voulais évoquer très concrètement la démarche de validation et de correction de données vis-à-vis des règles de topologie de la Géodatabase. J'ai choisi de prendre un exemple assez classique concernant la gestion des zonages d'urbanisme tels que ceux des POS-PLU.

Les règles de topologie

Dans le modèle de données proposé par arcOpole, des règles de topologie ont été définies pour assurer la cohérence spatiale sur les contours du zonage du POS/PLU (ZONE_URBA) par rapport aux couches du parcellaire cadastral (EDI_PARC) et des limites de communes (EDI_COMM).


Les deux premières règles précisent que les entités de les zones de POS/PLU ne doivent pas se chevaucher ni avoir de discontinuité (c'est-à-dire pas de zone vide entre les entités). La troisième règle indique que les contours des zones de POS-PLU doivent s'appuyer sur les contours des parcelles. La quatrième règle précise que les zones de POS-PLU doivent être recouvertes par les communes. En d'autres mots, une zone de POS-PLU ne peut pas "dépasser" d'une commune et doit obligatoirement être inclue dans une commune. Enfin, la dernière règle stipule que les parcelles doivent être recouvertes par une zone de POS-PLU. Autrement dit, une parcelle est obligatoirement dans une zone de POS-PLU et une seule.

La validation et la correction des erreurs

Dès lors que vous travaillez sur des classes d'entités participant à des règles de topologie il est particulièrement recommandé d'ajouter dans votre document ArcMap la classe de topologie elle-même afin de pouvoir visualiser, en plus des données, les erreurs de topologie les concernant. L'affichage de cette couche peut être modifié notamment en terme de symbologie afin de bien distinguer les différents type d'erreurs et d'exceptions.



Vous afficherez ensuite la barre d'outils "Topologie". Pour lancer la validation de la topologie vous choisirez un des trois boutons permettant de valider une étendue dessinée par l'utilisateur, l'étendue courante de la carte ou toute l'étendue des données :


Une fois la validation effectuée, vous pouvez commencer à examiner la liste des erreurs avec la fenêtre "Inspecteur d'erreurs". Celle-ci permet de filtrer les différents type d'erreur et, pour chaque erreur de se focaliser sur les entités en cause. A l'aide des deux derniers boutons de la barre d'outils "Topologie" vous pourrez sélectionner les erreurs sur la carte ou la sélectionner dans la fenêtre d'inspection (1).



Sur chaque erreur, un menu contextuel (2) vous permet de cadrer sur le (ou les) entité(s) en erreur. Dans ce menu contextuel, vous trouverez ensuite les propositions d'action (3) pour corriger la cause de l'erreur.



Dans l'exemple ci-dessus, on a identifié une erreur sur la règle indiquant que deux zones de POS-PLU ne doivent pas se superposer. En sélectionnant la zone de chevauchement, la fenêtre d'inspection d'erreur filtre cette erreur pour permettre à l'utilisateur d'appeler facilement le menu contextuel et corriger l'erreur. Dans ce contexte, l'utilisateur peut soustraire les entités (créer un trou), combiner les entités (affecter la partie en erreur à l'une ou à l'autre des deux zones) ou encore créer une nouvelle entité des deux entités en erreur. On a choisi de combiner la zone en erreur pour l'agréger à la zone Ua2.



Notion d'exception


Vous remarquerez également la commande "Marquer comme exception" qui permet d'indiquer que l'erreur n'en est pas une et qu'à l'avenir ArcGIS ne doit plus vous la signaler. Ceci n'est pas définitif, une exception peut à tout moment être reclassée en erreur. La classe de topologie vous propose de représenter les exceptions avec une couleur particulière. La fenêtre d'inspection vous permet également de lister rapidement dans une étendue donnée la liste des exceptions.



Conclusion

On est loin d'avoir fait le tour de toutes les fonctions liées aux mécanismes de topologie mais, avec cette liste de 6 articles, j'espère vous avoir donné quelques repères. Comprendre les principes de la Topologie de Géodatabase et de la Topologie de carte nécessitent souvent un peu d'expérimentation sur des jeux de données simples, en particulier pour bien valider la définition des règles. Utilisés conjointement, ces deux mécanismes font d'ArcGIS un outil vraiment puissant pour analyser et maintenir la qualité spatiale de ses données géographiques.

A vous donc de jouer …

Partager cet article:

Rejoindre la discussion

    Les commentaires à propos de cet article:

1 commentaires :

vincent a dit…

bonjour et merci pour ces articles.

je me demande depuis quelques temps (sans avoir encore trouver la réponse!) si la topologie en geodatabase est vraiment un outil d'analyse (comme il est fait mention en conclusion de l'article) ou s'il ne s'agit pas uniquement d'un outil de validation/correction de données.

Arc/Info workstation permet notamment de définir les objets qui se trouvent à droite ou à gauche d'un arc ; application utile dans les analyses de lisières/zones de friction...
y-a-t-il un équivalent avec ArcGis?
Y-a-t-il d'autres fonctionnalités qui permettent de faire des analyses spatiales de ce genre?

J'attends avec impatience l'article 7 : topologie et analyses spatiales
:)

vincent